Accueil Le budget de l’Etat, gestion 2018, voté à l’Assemblée Nationale

PostHeaderIcon Le budget de l’Etat, gestion 2018, voté à l’Assemblée Nationale

Ce mercredi 20 décembre 2017, l’Assemblée Nationale a examiné et à adopté du projet de loi de finances, gestion 2018.

Le budget de l’Etat, gestion 2018 s’équilibre en recettes et en dépenses de 1.321,9 milliards de FCFA contre 1 227,4 milliards de FCFA pour la gestion 2017, soit une hausse de 7,7%.

Au niveau des ressources, le projet de loi des finances, gestion 2018, sera orienté sur la poursuite des réformes pour élargir l’assiette fiscale, rationnaliser les exonérations, faciliter les échanges et la création d’entreprises, améliorer le climat des affaires et renforcer les règles de contrôle. « La politique budgétaire sera axée sur la poursuite de l’amélioration de la mobilisation des ressources internes, une meilleure allocation de ces ressources sur la base de l’efficacité des investissements publics, la maîtrise des dépenses courantes et du déficit du solde budgétaire », a précisé M. Sani YAYA, Le ministre de l’Economie et des Finances.

S’agissant des dépenses, les mesures nouvelles du projet de loi de finances, gestion 2018, sont principalement orientées vers le développement communautaire, en accordant une priorité aux besoins sociaux urgents. Les dépenses de fonctionnement sont, à cet effet, soumises à un abattement au profit des dépenses d’investissement des ministères stratégiques. Les secteurs prioritaires mis en avant sont le social, la santé, l’éducation, le développement socio-économique. Ce  budget permettra au gouvernement de relever les défis de la pauvreté surtout en milieu rural, le niveau du chômage, le sous-emploi en particulier chez les jeunes afin de préserver durablement la paix sociale et la cohésion nationale. Il devrait permettre de maintenir à la hausse la croissance économique et de répondre plus efficacement à la demande sociale.

Le ministre de l’Economie et des Finances « s’engage à utiliser de façon rationnelle les moyens mis à sa disposition en observant rigoureusement les procédures budgétaires en matière d’exécution des dépenses et de recouvrement des recettes afin d’éviter l’accumulation des d'arriérés et les dérapages préjudiciables à la dynamique engagée ».

« L’adoption de la loi de finances va permettre au gouvernement de poursuivre la mise en œuvre du programme conclu avec le FMI », a indiqué le ministre de l’Economie et des Finances.

Loi portant loi de finance, gestion 2018

BOOST DATA
Partenaires
  • Partenaires
  • Partenaires
  • Partenaires
  • Partenaires
  • Partenaires
Bulletin d'informations